VENISE

Venise est une ville d'opulence et d'une beauté sans conteste. C'est toujours fabuleux d'évoluer dans une ville où il n'y a aucune voiture. Dans Venise, le premier plaisir consiste à flâner en posant son regard au fil des ruelles et des canaux.

Le pont Rialto avec ses échoppes et son marché franchit le grand Canal bordé par de magnifiques palais. La Poste principale près du Rialto est situé dans un ancien entrepôt des commerçants allemands avec un joli intérieur et une porte qui donne sur le grand Canal.
Le quartier du Dorsoduro est trés agréable à parcourir à pied.
La place saint Marc est majestueuse, faste avec sa basilique, son musée Correr, son campanile et le palais des Doges. La piazza san Marco est vraiment à la hauteur de sa célèbrité.
La Torre dell'oroglio en cette fin d'année 1997 est en restauration. Les Mori, deux personnages en bronze frappent les heures.
La basilica di san Marco (XI ème siècle) décorée au fil des siècles est un mélange de styles byzantin, islamique, gothique, Renaissance...). L'étage supérieure de la façade est constitué d'une terrasse d'où le doge assistait aux cérémonies. On distingue quatre scènes surmontant la balustrade : La descente de croix, la descente aux limbes, la Résurrection et l'Ascension. De fastueuses mosaïques et des marbres les plus rares ornent les volumes intérieurs.
Le campanile sur la place s'est écroulé le 14 juillet 1902 et a été reconstruit la même année.
Le palazzo Ducale (palais des doges) est un chef d'oeuvre gothique vénitien. La cour intérieure est magnifique avec son aile renaissance, la façade de l'horloge et les puits aux margelles de bronze. Le plafond du Tintoret (justice offrant la balance et l'épée aux doges) ainsi que l'oeuvre de Véronèse (l'enlèvement de l'Europe)
sont d'une toute beauté. La salle du Senat est un triomphe du baroque. Le plafond est sculpté et doré. L' arméria abrite une belle panoplie d'armes. La salle du grand Conseil dotée de la toile de fond du Tintoret (le paradis) réalisée en 1590 retient le visiteur. Palma le Jeune, Bassano, Véronèse ont également travaillé ici, notamment sur les fresques du plafond. A la fin de la visite les prigionis nuoves (prisons nouvelles) se visitent par le passage du pont des soupirs.

Le musée Correr expose des manuscrits, des plans, des pièces de monnaie, des armes, des tableaux de Bellini, Carpaccio et des peintures de l'école flamande.
La Galleria dell'Accademia est un des musées les plus riches au Monde. Les retables sont magnifiques. On peut voir la vierge et l'enfant de Giavanni Bellini, la tempête de Giogione, la vieille de Vivarini, quelques triptyques, Diane et Actéon de Tiepolo, des portraits du Tintoret et autres de Titien et Bassano. La salle 11 à elle seule regroupe l'élèvation de croix de Tiepolo, Saint François devant les stigmates de Véronèse (XVIème siècle). Tintoret laisse imaginer de beaux mouvements et rythmes sur sa toile " Création des animaux". Une autre toile du XVème siècle montre l'ancien pont levant du Rialto en bois avec les cheminées en forme de tromblons.
L'église Santa Maria dei Frari construite en 1338 dans un style gothique regoupe entr'autre quelques oeuvres de Titien et de Donatello.
Le Ca'd'oro est certainement le plus beau palais de style gothique à Venise. Sa façade sur le grand Canal vient d'être restaurée.
Le quartier du Ghetto conseillé de visite par un guide de voyage ne m'a pas véritablement enchanté. Seule l'histoire de ces juifs parqués dans cette partie de la ville m'a intéressé ainsi que l'origine du Ghetto (en vénitien "fonderie"). Si ce quartier est aujourd'hui en partie insalubre, il n'est pas sans charme.
Venise ne vit pas spécialement la nuit, mais la jeunesse vénitienne aime se rencontrer près de la place près de San Bartoloméo.

Murano est célèbre pour son indusrie verrière. Son musée dispose d'une collection exceptionnelle.
Burano est une île avec des maisons bigarrées. Ici le célèbre point de Venise si connu de nos dentelières a été sauvé de justesse et désormais environ 200 personnes connaissent la guipure et la dentelle. Toutefois un certificat d'authenticité atteste normalement que celle ci n'est pas réalisé mécaniquement. A Burano, les chantiers navals fabriquent encore les embarcations traditionnelles (la gondole et la caorlina).
Les gondoles sont à quai. Soudain mon regard se voile, les lumières disparaissent, et, à cet instant me vient le dessin. Est ce un excès d'Art absorbé ces derniers jours ? Non ! C'est simplement l'homme dans sa générosité. La perspective de St Georgio a simplement réveillé le rêve.