Marrakech  
   
     
Le succès de la ville rouge est grandissant. Aux portes de l'Atlas enneigé la ville vit son effervescense.
Le minaret de la Koutoubia (mosquée des libraires) d'une hauteur de 70 mètres domine la vieille ville de Marrakech. L'accès de la mosquée est réservé aux musulmans. Elle fut ordonnée au XIIème siècle. C'est la deuxème plus grande mosquée du Maroc.
La place Jemaa-el-Fna commence à s'agiter vers 17 heures. Les restaurants ambulants couvrent une grande partie de la place.

 
 
 
 
 
 
 
 

Sur la place Jemaa-el-Fna les voyageurs et les touristes sont charmés par le son de la Derbouka, cet instrument à percussion authentique et à la base de la musique traditionnelle marocaine. Les musiciens guérisseurs (gnawa) enchantent la place en s'accompagnant de leur crotale, de leur tbel (tambour), de leur guembri (guitare à trois cordes) et parfois dirigés par le maâlem (maître musicien).
Les conteurs, les danseurs et les charmeurs de serpents distraient et attirent l'attention des passants.
Cette culture mélangée des mondes arabe et africain est unique.
Les charrettes sont remplies d'oranges, de citrons et de graines grillées.
L'atmosphère enfumée par les grillades s'emplifie en soirée. Le spectacle de la place bât son plein avec de nombreux touristes et Marrakchis. Ma grande surprise est toujours le matin, avant 8 heures la place est déserte et très calme. A ce moment là, il est très difficile d'imaginer la frénésie du soir et de la nuit.

Les brochettes pimentées cuisent sur les barbecues en plein air et enfument l'agitation festive quotidienne.

 
 
 
Les souks sont un labyrinthe de ruelles où les échopes sont regroupées par domaines d'activités. Les babouches et les poufs en cuir sont fabriqués dans des ateliers et vendus sur place. Les souks sont un ensemble de couleurs et d'odeurs. Le souk Semarine est spécialisé dans le commerce de tissu. Le souk Cherratine commercialise de la maroquinerie. Le souk Haddadine possède des échopes aux façades remplies de lampes et de lanternes. Le souk des dinandiers possède un large choix de théière de diverses qualités. Le souk Attarine rassemble les épices et les parfums d'Orient où les senteurs du safran, du cumin, du gingembre et des clous de girofle pénêtrent les narines. Les sacs d'amandes sont entassées à côté des sacs de cacahuètes et des paniers de dattes. Le souk Laghzal est consacré aux laines. Les marchands du souk Zarbia vendent des tapis à la criée et au plus offrant.


Les anciens riads dans le souk conservent l'authenticité de la ville.

La mosquée Karbouch est située dans les souks.

Je croise des hommes et des femmes qui sortent séparément de la mosquée Ben Youssef dont l'accès m'est interdit. La Koubba Ba'Adiyn avoisine la mosquée. Elle date du XIIème siècle. C'est un pavillon aux ablutions couvert d'une coupole et d'arcades ciselées.
Le musée de la Doniria est ouvert depuis 1997 et s'est établi dans le Palais Mnebdi. Ce superbe palais collectionne des peintures, des tapis, des bijoux, des poteries et des manuscrits anciens.

La Medersa Ben Youssef avec la salle des prières tournée vers la mecque, son patio finement sculpté dans la pierre et le bois. La medersa a été entièrement restaurée en 2002. Cette ancienne école coranique fut fondée au XIVème siècle et sa structure actuelle date du XVIème siècle. Elle conjugue une austérité religieuse et un raffinement architectural. La cour centrale de style hispano-mauresque est dallée de marbre blanc et les chapitaux des salles sont ornés de calligraphies. Autrefois, les étudiants avaient leurs chambres à l'étage.


Dans les souks de nombreux derb (passages) relient les ruelles.
 
Certains disent que Marrakech est un lieu où aiment revenir les voyageurs qui ont parcouru le monde. Dans la Médina, je retrouve cet hôtel qui n'a presque pas changé depuis de nombreuses années et accueille toujours son flot de routards. Le "Zellij" (décor à base de terre cuite émaillée) a cependant été restauré.
A proximité, le grand café de style années 20 n'a pas bougé depuis vingt ans. Il n'est cependant plus fréquenté par les Marrakchis comme auparavant et l'atmosphère des départs vers l'Atlas et les déserts est parti avec eux.
Le quartier des tanneurs au nord des souks travaillent le cuir et la laine à la manière ancestrale. Des ballots de linge sont teints dans des bassins ou des centrifugeuses. Les peaux sont trempées dans de la chaux, traitées et grattées.


Le jardin majorelle rassemble des essences végétales en provenance des cinq continents. Le jardin a été successivement restauré. C'est un endroit unique dans la ville pour profiter d'un moment de repos au milieu d'une flore naturelle recomposée. Chaque angle du jardin est propice à la peinture.
Le jardin majorelle est assymétrique avec les couleurs contrastées des bambous, des yuccas, des palmiers, des papyrus, des philodendrons et des bougainvillées.

La ville de Marrakech est entourée de remparts longs de vingt kilomètres et percés de dix portes.

Les tombeaux Saadiens sont dissimulés derrière de hauts murs de pisé au milieu d'un jardin arabo-andalou très calme.
Ces mausolées furent aménagés au XVIème siècle, murés au XVIIème siècle puis redécouverts au XXème siècle. La nécropole comprend des centaines de tombes et deux mausolées. Les sépultures des jeunes princes, des épouses et des concubines des sultans sont décorées de mosaïques et de stucs.

Le palais de la Bahia fut ordonné au XXème siècle par le grand vizir Sidi Moussa. La résidence comprend aujourd'hui de luxueux appartements vides. Les salles sont ornées de somptueux plafonds à caissons peints.

Le pavillon de la Menara se reflète dans les eaux d'un réservoir réalisé à l'époque almohade.
La Menara est située à trois kilomètres au sud de Marrakech. Le pavillon fut construit par les Saadiens et remanié à la fin du XIXème siècle.


(Page précédente) - (Page 2 sur 7) - (Page suivante)


Carte Maroc

Aït Ben Haddou

Gorges du Dadès

Marrakech

Ouarzazate

Tamegroute

Tata