En novembre, la saison des pluies s'est déjà installée à Tananarive. Dans la ville basse, les marchands de lunettes, de ceintures, de nappes et de téléphones harcèlent les passants.
Dans la ville haute, il ne reste que quelques ruines du palais de la Reine (Rova) incendié en 1995. La vue est belle sur le lac d'Anosy dans un environnement de magnifiques jacarandas aux fleurs violettes. La ville grouille, sale et poussièreuse, avec ses ruelles aux maisons de briques, ses toits pentus et ses balcons en bois.
Le marché artisanal ou Zoma d'Andravoahangy est bondé et haut en couleur. Il regorge de marchandises en tout genre utiles au quotidien pour les locaux. Une partie du Zoma est destinée aux touristes avec des commerces de sacs en raphia, des masques, des voitures et des camions miniatures en bois et en métal.
Au delà des collines, en périphérie de Tananarive, les rizières sont proches et incitent le voyageur à préférer la province.