La Chine est un pays très vaste à visiter. Il est donc nécessaire de planifier son voyage. Un voyage en Chine, c'est à la fois un voyage exotique en milieu rural avec des villages ancestraux et des rizières,mais, c'est aussi des grandes villes où la course effrénée à la modernité s'installe. Cette évolution urbaine provient de la croissance démographique et de l'exode rural. Je n'ai donc pas tardé dans les grandes villes.

Le fleuve Huangpu sépare Shanghai en deux. Autrefois, Puxi était la ville de Shanghai active au bord du fleuve. Aujoud'hui, Pudong de l'autre coté du Huangpu compte des dizaines de gratte-ciel dont certains sont en constructions.

 
 

Pendant l'ascension des monts Huangshan (monts jaunes), certe trop touristique à mon goût, les paysages sont très beaux. Au lever du jour, les nuages laissent parfois échappés les cimes des pins parasols et quelques sommets.

 
 

Xian huang , une jeune chinoise, m'a fait visiter sa campagne autour de Yangshuo à vélo dans le sud du pays. On y voit encore des fermes fortifiées dans un paysage de formations karstiques. Les balades autour de Lijiang river font découvrir la campagne chinoise, le travail des champs.

 
 

Le Yunnan est certainement l'une des régions de Chine que je préfère de par sa diversité. Le Yunnan, suite à un lent exode entre le 10ème et le 13ème siècle, est peuplé de minorités ethniques. ( Bani, Naxi, Bai, Miao, Hani...). Les Miao sont spécilisés dans la conception des bijous. Le lac Er Hai est calme et dominé par le mont Zhonghefeng. Les villages au bord du lac et notamment Wase sont peuplés de Bais. Ici les traditions et les modes vestimentaires animent et colorient les marchés. Dali s'anime autour d'une rue centrale qui rejoint les deux portes de l'enceinte nord et sud (17ème siècle). Au delà de la porte nord, trois pagodes furent édifiées au IXème siècle. La campagne chinoise restée athentique au nord de Dali se découvre à vélo. Après le charmant village de Dali, j'ai découvert la ville de Lijiang, classée comme patrimoine mondial de l'UNESCO. La vieille ville a été restaurée conformément à l'authentique avec ses ruelles pavées et ses maisons spacieuses en bois recouvertes de toits cornus.

 

En remontant par train de nuit vers le nord, j'ai stoppé à Xian. Ici en 1964, un chinois creuse un puits et découvre un fabuleux site. Dans le Shanxi, l'armée des 8000 guerriers en terre cuite montant la garde sur le premier empereur Qin Shi Huangdi (259-210 avant J.-C.) est un lieu intéressant et touristique.

 
 

Toujours dans le Shanxi, Pingyao, un peu plus au nord et à 450 kilomètres de Pékin, est une ville médievale qui fut édifiée il y a 2700 ans. Cest l'une des villes les mieux conservées du pays. On retrouve la Chine d'antan et ses vestiges témoignent des traditions du peuple Han. L'architecture date de la période des dynasties Ming et Qing ( XVème au XIX ème siècle). Les différentes cultures telles que le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme sont représentées. La cité s'active autour de la tour du Marché ou tour du Milieu.

 
 

La célèbre grande muraille de Chine s'étend sur 7000 km. Elle est large de 5 mètres et comporte des tours de garde, des citadelles à intervalles réguliers. Badaling est un lieu élevé de la grande muraille (888 m). Ici, la construction date de la dynastie des Mings (14 ème siècle). Cette partie est construite de mortier et de briques très résistants. Par endroit, la muraille épouse des pentes abruptes et offre un panorama saisissant.

A Pékin, quelques jours m'ont permis de visiter entr'autre la place Tian An Men, la cité interdite, le palais d'été, le temple du ciel.
La Chine vit désormais au rythme occidental et les chinois ont délaissé l'époque des vareuses bleues à col mao.